Référence: http://www.domicilia.com/blogue/

Référence: Domicilia

 

1-    BESOINS    

 -  Emplacement
-  Style
-  Genre ou type

2-    ABORDABILITÉ

-  Déterminer les comptes
-  La capacité à rembourser

3-    L ‘ÉQUIPE DE SOUTIEN

-  Démarches hypothécaires
-  Agent immobilier
-  L’inspecteur en bâtiment

4-    LES VISITES

-  Données du marché

5-    L’OFFRE D’ACHAT

-  Composition de négociation
-  Levée des conditions

6-    LA CONCLUSION
ÉTAPE 1 : VOS BESOINS

Il faut déterminer avec exactitude de vos besoins avant même d’amorcer votre recherche.

PARTEZ DU BON PIED

Lorsque vous achetez votre première maison, tenez compte de 3 critères fondamentaux : l’emplacement, le style de propriété et le type ou le genre.

EMPLACEMENT

Lorsque vous choisissez l’emplacement de votre future propriété, tenez compte de votre lieu de travail, de votre disponibilité à voyager, du style de vie de votre famille.

STYLE

Lorsque vient le temps de décider quel type de maison vous voulez, il serait bon de dresser une liste de toutes les caractéristiques que vous recherchez.

Tenez compte des facteurs suivants : vous pensez fonder une famille ou avoir d’autres enfants ? Combien de chambres aurez-vous besoin ? Prévoyez-vous installer un bureau ? Pensez-vous avoir besoin de plus d’espace ? Il serait peut-être bon de prévoir dès maintenant l’achat d’une plus grande maison ou encore d’une propriété offrant un potentiel de rénovation ou d’agrandissement.

PENSEZ À QUEL GENRE DE MAISON VOUS VOULEZ

TYPES DE PROPRIÉTÉ

Maison individuelle isolée :
On entend par maison individuelle, tout bâtiment occupant seul un terrain et abritant une seule famille.

Maison jumelée :
Il s’agit d’une maison habitée par une seule famille mais reliée à une autre par un mur mitoyen.

Duplex :
On parle de duplex lorsqu’il s’agit d’un bâtiment comportant deux logements superposés. Le propriétaire peut occuper l’un d’entre eux et louer l’autre.

Maisons en rangée ou en bande :
Ce type de construction comprend plusieurs logements abritant chacun une famille, reliés les uns aux autres par des murs mitoyens. Il peut s’agir de logements en copropriété.

Maisons reliées :
Ces maisons sont souvent offertes en copropriété sont jointes par le garage ou l’abri d’auto, permettant ainsi de passer facilement de la cour à l’avant. Parfois, les constructeurs réunissent les murs des sous-sols, donnant ainsi l’impression qu’il s’agit de propriétés individuelles construites sur des petits terrains.

Immeuble-tour en copropriété :
Cet immeuble de plusieurs étages comporte de nombreux logements en copropriété. Soulignons que ce type de logement n’entre pas dans la catégorie des maisons mais représente plutôt un type de propriété.

Maison mobile ou usinée :
Ce type de maison individuelle est construit en usine pour être ensuite transporté à l’emplacement de votre choix et installé sur des fondations.

ÉTAPE 2 : ABORDABILITÉ

Pour accéder à la propriété, vous devez tenir compte de plusieurs facteurs, certaines des dépenses qui entraînent l’achat d’une propriété ne surviennent qu’une seule fois alors que d’autres se transforment en engagements de longue durée.

MISE DE FONDS

20 % du prix payé s’il s’agit d’un prêt conventionnel.
Moins de 20 % de comptant, le prêt devra être assuré par la SCHL (Société Canadienne d’hypothèque et logement). Le minimum de comptant requis est de 5 % du prix payé.
Lorsque le prêt est assuré par la SCHL, une prime de 3.75 % est appliquée sur le montant de l’hypothèque. Ce montant peut être payé en totalité au départ ou il sera financé aux mêmes conditions que l’hypothèque négociée avec l’institution prêteuse. Une taxe de 9 % est applicable sur les frais SCHL (3.75 %).
Afin de déterminer le montant d’investissement vous convenant le mieux, l’étape suivante est de faire une rencontre avec un représentant d’une institution prêteuse (Caisses, Banques, Fiducies ou autres).
Le représentant sera en mesure de vous expliquer ce que son institution peut vous offrir à titre de promotions, services et autres et il sera plus facile pour vous de comparer avec une ou plusieurs autres institutions prêteuses par la suite.
De plus, ce représentant déterminera avec vous la capacité à pouvoir rembourser l’hypothèque (méthodes ATD et ABD) et vous proposera un montant d’investissement dans lequel vous serez le plus confortable. Le représentant calculera le tout en fonction de votre salaire, vos obligations et les dépenses de chauffage, d’électricité, des taxes et du montant de l’hypothèque consacré à votre prochaine maison.

ÉTAPE 3 : UNE ÉQUIPE DE SOUTIEN

DÉMARCHEUR OU COURTIER HYPOTHÉCAIRE

De plus en plus, les gens font affaires avec celui-ci. Celui-ci étant plus disponible et souvent en dehors des heures d’affaires de l’institution prêteuse en question. Il peut même se déplacer chez les gens ou à un endroit autre qu’en succursale. Le tout dans le but de répondre le plus possible au besoin de la clientèle.

Il offre aux clients acheteurs les mêmes services et les mêmes promotions que l’institution en question puisque la plupart du temps il est engagé par cette dernière. Aucun frais ne sont facturés pour les services donnés aux clients car il est rémunéré par l’institution prêteuse en dehors des heures d’ouvertures des institutions en question.

Ceux-ci sont souvent rémunérés à la commission faisant ainsi en sorte de donner un service hors pair aux clients. De plus, les clients n’ont aucun frais à débourser pour les efforts déployés par le représentant hypothécaire.

UNE ÉQUIPE PROFESSIONNELLE POUR VOUS SOUTENIR

Le courtier immobilier doit être en mesure de vous sauver du temps et de l’argent. Ce dernier n’exige aucun frais car il obtient sa rémunération sous forme de commission (ce montant correspond à un pourcentage du prix de vente de la propriété), laquelle lui est versé par le vendeur.

Lorsque vient le moment de discuter de vos besoins avec votre courtier, soyez aussi précis que possible quant au type de maison que vous recherchez et à votre fourchette de prix. Si vous n’êtes pas certain, prenez le temps d’en discuter avec lui pour qu’il vous aide à préciser vos attentes. Il connaît le marché, les différents quartiers et les prix et peut vous épargner de l’argent en épluchant les listes disponibles et en écartant les maisons qui ne répondent pas à vos besoins ou ne correspondent pas à votre budget. Il peut ensuite prendre les rendez-vous pour vous permettre de visiter les maisons qui vous conviennent. Un agent immobilier peut également vous aider à faire une offre d’achat. Il sait quelles sont les tendances du marché, quels prix sont réalistes et quelles sont les conditions à inclure dans toute offre d’achat.

L’INSPECTEUR EN BÂTIMENT

Il est toujours bon de faire inspecter la maison. L’inspecteur devrait vous fournir un rapport écrit décrivant en détail l’état de la maison, de même que les réparations nécessaires et leur coût estimatif.

C’est par le biais d’une association professionnelle d’experts en bâtiment ou en vous informant auprès de votre agent immobilier que vous obtiendrez le nom d’un inspecteur. Les inspecteurs facturent de 400 $ à 550 $ pour des propriétés de moins de 200 000 $. Si votre offre d’achat est conditionnelle aux résultats d’une inspection, vous devrez en payer les coûts.

ÉTAPE 5 : L’OFFRE D’ACHAT

Celle-ci devrait être complétée une fois que vous avez trouvé la maison qui répond à vos besoins et à votre capacité de payer. Ce document vous lie juridiquement, pour cette raison, il ne doit pas être rédigé à la légère. Ce document devrait être complété par un agent immobilier ou un notaire si vous ne faites pas affaire avec un agent immobilier.

L’offre doit comprendre :
Le prix d’achat
Les biens mobiliers faisant parties des inclusions ou des exclusions
Les détails financiers
La date de la signature de l’acte de vente ainsi que la prise de possession
Certaines clauses : telle que conditionnelle à l’inspection en bâtiment
Documents de propriété à fournir, entre autre, le certificat de localisation.

L’offre d’achat est l’ouverture à une négociation entre les parties.

À partir de la rédaction de l’offre par l’acheteur, le vendeur en réponse à cette offre aura trois choix de réponse :
Accepter la promesse d’achat si le tout lui convient.
Refuser l’offre s’il n’y a pas de terrain d’entente possible.
Faire une contre proposition afin de modifier la promesse d’achat initiale. Cette contre proposition, vous en tant qu’acheteur, aurez le même privilège de répondre avec les mêmes trois choix ci-hauts mentionnés.

Lorsqu’on fait une promesse d’achat, on doit y inscrire les dates, les heures ainsi que les détails de réponses. Si la réponse fournie est à l’extérieure de ces délais ou s’il n’y a pas de réponse du tout à l’intérieur des délais mentionnés à l’offre d’achat, le tout sera considéré comme étant nulle et sans effet.

UNE PROMESSE D’ACHAT ACCEPTÉE

Suite à une acceptation de celle-ci, l’acheteur devra réaliser les conditions cités à l’offre. Par exemple : obtention d’un prêt hypothécaire, inspection de l’immeuble. L’acheteur devra lever ces conditions à l’intérieur d’un délais pré-établi dans la promesse d’achat.

ÉTAPE 6 : CONCLUSION DE LA VENTE

Vous êtes désormais PROPRIÉTAIRE ? Franchissez le pas EN DOUCEUR en n’omettant rien, MÊME le détail le plus insignifiant.

La prise de possession n’est rien d’autre qu’un processus au cours duquel vous devez respecter toutes les obligations juridiques et financières relatives à l’offre d’achat. Votre agent immobilier ou votre notaire devrait vous faire part des étapes que cela comporte, mais voici une vue d’ensemble de ce qui vous attend.

Faire parvenir l’offre d’achat et autres documents relatifs à l’achat de la propriété en question au notaire.

Il importe que vous fassiez parvenir à ce professionnel un exemplaire de l’offre d’achat dûment signée. Ce dernier examinera les conditions de la vente et prendra note de la date de conclusion ou signature. Vous devez aussi lui faire part de la façon dont vous et tout autre co-acheteur prévoyez vous enregistrer sur les titres de propriété.

Le certificat de localisation a été produit.

Vous devez prendre les arrangements nécessaires afin d’obtenir un certificat de localisation récent de la propriété. Votre prêteur insistera pour l’avoir (généralement le vendeur a la responsabilité de le fournir).

Votre notaire effectue l’examen des titres.

Une fois que les conditions auront été satisfaites, le notaire ou l’avocat effectuera l’examen des titres de la propriété. Cette étape garantit que le vendeur possède des titres clairs de la maison et que vous pouvez acquérir celle-ci sans encourir de problèmes juridiques.

Vérifiez les taxes et les droits.

Votre notaire vérifiera les règlements gouvernementaux et autres règles qui s’appliquent. Il doit s’assurer que les taxes grevant la propriété sont à jour, ou encore qu’il n’existe aucune hypothèque légale sur les biens meubles, soit ceux que le vendeur accepte de vendre avec la maison.

Le prêt hypothécaire est finalisé.

Votre notaire rédige les documents relatifs au prêt hypothécaire.

Cette étape-ci, il ne vous reste plus qu’à signer le chèque.

Votre notaire aura préparé un état des rajustements, qui confirme le prix de vente, indique le montant que vous devez verser au vendeur ainsi que le solde du versement initial et les rajustements. Vous devez produire un chèque visé pour ce montant, en fidéicommis, au nom de votre notaire. Vous devez, bien entendu, régler les honoraires de ce dernier qui comprennent les coûts relatifs à l’acte hypothécaire et les débourser.

L’embauche d’un déménageur

Il est bien d’exiger du déménageur des références. Demandez une estimation décrivant les frais de déménagement. La facturation est-elle basée sur un prix fixe ou selon un tarif horaire ? Soyez certain que vos biens sont assurés pour la durée du déménagement.

Si vous décidez de prendre en charge tout l’emballage afin d’économiser, il vous faut du temps et du matériel pour le faire. Les experts jugent qu’il faut deux personnes pendant deux ou trois jours pour préparer et emballer le contenu d’une propriété moyenne de trois chambres à coucher.

Par la suite, il ne reste qu’à vous installer dans votre nouvelle demeure… et n’oubliez pas vos changements d’adresses.

L’équipe domicilia

Par Eric Mercier